Interview de David Shabtaï

article_woo

Ida Kärrby : J’ai l’impression que c’est Bruce Lee qui va me préparer mon sushi, quelle était votre inspiration pour ce logo ?

David Shabtai : Eh bien, tout d’abord, je ne pense pas que d’habitude une identité visuelle ou un logo se doit de décrire consciemment l’activité de la marque. Plutôt faire ressentir, établir une connexion avec le public, évidemment être subjective – et cela est vrai pour les plus grandes compagnies du monde. Le concept principal que je souhaitais explorer est le mélange des cuisines et cultures asiatiques, l’idée de diversité : ça ne doit pas être cantonnais, ou japonais, ou quoi que ce soit d’autre, mais un mix de tout ça. Pour ce faire, j’ai utilisé des éléments orientaux tels que : la verticalité (à la fois dans le format et dans le lettrage), le rouge, le papier couleur sable et l’encre blanche, le style japonais dans l’illustration du dragon chinois. L’encadrement (le fond sable) du logo, par exemple, fait définitivement partie du design, puisqu’il évoque ces peintures asiatiques, où les compositions ne vont pas jusqu’au bord. Enfin j’ai décidé d’opter pour un look épuré et moderne afin de suggérer la qualité et la valeur élevée.

IK : Comment avez-vous créé le dragon ?

DS : D’abord le logo entier a été dessiné avec crayon et papier, puis scanné et travaillé dans Illustrator. J’ai fini par redessiner le dragon complètement alors que je modifiais les lettres. Après cela, et pour plus de précision, j’ai utilisé quelques images de dragons que j’ai trouvées avec Google, de différents angles, de différentes sortes, certains sculptés, d’autres peints. La forme du dragon a été découpée en plusieurs bouts afin de passer devant puis derrière les lettres. J’ai utilisé de simples dégradés pour produire les effets de transparence pour chaque portion indépendante du dragon.

IK : Qu’en est-il de votre choix de couleur et de typographie ?

DS : Dès le départ, je pensais que le rouge ferait partie du design parce qu’à la fois dans les cultures asiatiques et occidentales, il est synonyme de positif pour un magasin (richesse, chaleur, appétit, amour, générosité, etc.) et permet d’identifier presqu’immédiatement ce magasin comme chinois ou asiatique. Peu après, je savais que je voulais travailler avec la couleur sable pour le fond, comme un écho aux papiers et tissus orientaux sur lesquels on peint ou brode. Le blanc et sa transparence est le dernier élément efficace pour suggérer les designs et peintures japonais. Les lettres ont tout d’abord été retracées depuis le dessin original puis remplacées par les caractères de la police Balthazar (ou Balzac) qui représentait la correspondance la plus proche. Quelques ajustements ont ensuite été opérés afin de finaliser le logo. Le titre « food store » utilise Avenir, dont je suis simplement fan !

IK : Est-ce que design s’intègrerait ou pas dans votre quartier ?

DS : Ce design sortirait définitivement du lot ! J’habite dans une ville de campagne dans le sud de la France, très préoccupée par ses propres traditions et culture. D’autre part, on a plus l’habitude de designs clichés pour un restaurant asiatique. Je pense que ce type d’identité s’intègrerait beaucoup mieux dans une région plus métropolitaine comme San Francisco, qui fut mon quartier à une époque !

IK : Est-ce typique de David Shabtai ?

DS : Je ne sais pas. Je suppose que quelque chose de typiquement personnel serait la courbe. C’est un élément que j’aime particulièrement utiliser en complément des lignes droites, pour l’équilibre, l’harmonie et la diversité.

IK : Avez-vous designé pour un restaurant auparavant ?

DS : Non, c’est mon premier travail pour un restaurant.

IK : Quelle était la partie la plus ardue dans cette mission ?

DS : L’aspect le plus difficile de la mission, comme dans tout job, c’est lorsqu’on n’a pas de réelle orientation ou guide. On en revient à notre client qui souhaite que son logo reflète son business, ce qui fait partie de la définition d’une identité visuelle de toute façon ! Il y avait donc bien des moyens différents de traiter « une cuisine asiatique rapide, sincère, de bonne qualité ».

IK : Quelle partie du logo/design vous a pris le plus de temps et d’attention ?

DS : Ca dépend comment on le prend. Mais c’est toujours le temps d’étude qui consomme le plus. Dans ce cas, j’ai passé plus d’heures à essayer de trouver un concept global et cohérent. Comme c’est souvent le cas, le plus de temps passé à l’étude, le moins de temps on passe pour exécuter le projet.

IK : Si vous aviez faim maintenant, qu’est-ce que vous mangeriez ?

DS : Sushi, sushi, sushi. Et des California Rolls!